Partagez-le: 

Quelles chaussures de trail running choisir ?


Dans le monde du trail et du skyrunning, plus que dans d’autres disciplines, choisir la bonne paire de chaussures de trail running est fondamental. De nombreux modèles sont disponibles sur le marché avec des drops, des empeignes, des volumes et des inter-semelles différents… Mais parmi tout ce choix, comment choisir celui qui correspond le mieux à vos besoins ?

Différences entre chaussures de course sur route et chaussures de trail running

Une chaussure de course sur route doit « seulement » protéger le pied de l’impact répétitif sur une surface dure, mais lorsqu’il s’agit de courir sur un chemin de terre, la chaussure doit offrir trois caractéristiques fondamentales : 

- Stabilité
- Traction
- Protection

Au-delà de l’utilisation prévue, l’autre grande différence entre les chaussures de course et les chaussures de trail running réside dans leur composition. Les chaussures de course sur route sont fabriquées à partir de matériaux respirants et légers, pour plus de vitesse et de réactivité. Les chaussures de trail doivent quant à elles remplir d’autres fonctions par rapport à celles conçues pour la route : elles doivent s’adapter à de nombreuses surfaces différentes en toute sécurité et, surtout, résister aux forces latérales et aux contraintes typiques des terrains irréguliers et de la course off-road. Dans ce cas, l’objectif principal du processus de développement consiste à trouver des composés durables pour la semelle et des matériaux plus rigides pour l’empeigne.

Que se passe-t-il lorsque des chaussures de trail running sont utilisées sur le bitume (et vice versa)?

Une bonne chaussure de trail running maintient le pied stable à l’intérieur de la chaussure, garantit la bonne traction sur la boue ou la neige et la bonne adhérence sur la roche lisse et mouillée. Elle doit aussi être confortable et offrir une protection contre les roches et les objets tranchants. Une chaussure de course utilisée sur des chemins de terre montre ses limites lorsqu’elle n’est pas assez stable et qu’elle n’agrippe et ne protège pas assez sur un terrain accidenté, avec le risque de glisser ou de se tordre la cheville. De plus, les matériaux de l’empeigne peuvent être endommagés à cause des racines ou des roches, tandis que la poussière et les débris peuvent facilement pénétrer à travers le revers ou les matériaux aérés de l’empeigne et causer une gêne et des cloques.

D’autre part, l’utilisation de chaussures de trail sur bitume ou autres surfaces abrasives peut entraîner une usure prématurée des crampons de la semelle extérieure et donc altérer l’adhérence lorsque l’on retrouve un chemin de terre. De plus, les matériaux plus résistants nécessaires pour courir sur les chemins peuvent être trop chauds pour une utilisation pédestre traditionnelle. En résumé, peut-on utiliser des chaussures de course sur des chemins de terre ? Éventuellement, mais n’oubliez pas que le choix du produit spécifique pour une utilisation spécifique durera plus longtemps et s’usera moins.

Free Image Hosting at FunkyIMG.com

Caractéristiques principales des chaussures de trail running

Amorti

C’est un facteur qui dépend en grande partie du type de terrain et de la distance que chacun court habituellement. Les coureurs qui préfèrent les courtes distances et les terrains techniques sacrifieront un peu d’amorti au profit de la légèreté et de la sensibilité pour être plus près du sol et réactifs aux changements de surface. Ceux qui parcourent de longues distances préféreront un meilleur amorti pour maintenir le pied en tout confort pendant la course, qui peut durer de nombreuses heures et de nombreux kilomètres, comme dans l’ultra trail. Le type de matériau d’amorti est un autre aspect important. En effet, s’il est trop mou, il risque de ne pas être assez stable sur une surface autre qu’une piste facile et lisse. Il est donc conseillé de toujours trouver le bon compromis entre amorti et stabilité.

Drop

C’est la différence de hauteur en millimètres entre la partie arrière de la chaussure (talon) et la partie avant (avant-pied). Cette caractéristique est vraiment personnelle et dépend beaucoup du style de course de chacun. Ceux qui courent en s’appuyant sur le talon choisissent généralement un produit avec un plus grand amorti sur ce point et donc avec un drop plus haut. Ceux qui ont tendance à courir sur l’avant-pied sont plus susceptibles de choisir des chaussures avec un drop plus bas. Outre le drop, une autre donnée à prendre en considération est le stack height, c’est-à-dire la hauteur globale de la semelle/inter-semelle prise sur le talon de la chaussure et sur l’avant-pied, car c’est la différence entre ces deux mesures qui fournit le drop. Plus le stack est haut et meilleur est l’amorti de la chaussure.

Protection et stabilité:

Ce sont deux éléments que nous devons prendre en compte en fonction de l’utilisation du produit. Dans les chaussures de trail, la rock plate et la pointe renforcée sont généralement incluses pour garantir une protection de base du pied. Certains modèles offrent également des systèmes de protection qui couvrent aussi la partie supérieure du pied avec des couvre-lacets ou des guêtres intégrés pour empêcher les débris d’entrer. D’autres modèles offrent une protection contre l’eau grâce à des membranes ou des traitements spécifiques.
Les autres éléments qui apportent soutien et stabilité sont la composition du contrefort et la structure des lacets sur l’avant-pied. Cela garantit que le pied reste bien en place à l’intérieur de la chaussure qui doit être enveloppante, mais pas serrée. Si l’ajustement est trop large, il n’y aura pas assez de stabilité et donc un risque de se tordre la cheville. Au contraire, s’il est trop serré, vous aurez une douleur lors de l’échauffement et votre pied gonflera. Il est important de ne pas oublier que la chausse peut varier considérablement d’un modèle à l’autre, et que cela peut influencer la perception que nous avons de la stabilité. Attention à ne pas confondre ajustement et structure.
La hauteur de l’inter-semelle influence également la stabilité de la chaussure. Si sa hauteur est limitée, elle rend la chaussure plus stable lorsque le pied se rapproche du sol en abaissant le centre de gravité.

Construction de la semelle

La présence de crampons prononcés sur la semelle extérieure indique que la chaussure est adaptée à une utilisation off-road. Mais c’est en regardant leur hauteur et leur espacement que l’on comprend quel type de terrain est le mieux adapté. Si les crampons sont hauts et bien espacés, cela signifie que la chaussure fonctionnera bien sur la boue et la neige, car des crampons trop élaborés et trop rapprochés empêchent la boue de se détacher de la semelle, ce qui peut créer de nombreux problèmes. La composition utilisée pour la construction de la semelle extérieure est une autre caractéristique fondamentale. Un composé plus doux et plus adhérent aidera à mieux tenir la traction sur les surfaces lisses et glissantes comme les ponts en bois mouillés ou les racines des arbres. En revanche, il s’usera plus rapidement s’il est utilisé sur des surfaces rocheuses et plus abrasives. Dans ce cas également, il est souvent nécessaire de faire un compromis entre adhérence et durabilité, mais une marque spécialisée dans le trail comme La Sportiva, qui a développé sa propre série de composés performants, vous proposera plusieurs solutions techniques.

Free Image Hosting at FunkyIMG.com
Le design emblématique de la semelle de 
Bushido II.


Imperméabilité : oui ou non ?

Une chaussure imperméable a l’avantage de garder votre pied au sec sur les chemins mouillés et sous la pluie. Bien évidemment, vous devez être prudent, car aucune membrane n’empêchera l’eau de pénétrer par le haut de la chaussure si vous devez traverser un torrent. Dans ce cas, l’eau ne pourrait même pas s’évacuer et laisserait le pied mouillé. Pour éliminer ce risque, nous recommandons donc l’utilisation d’une guêtre de protection imperméable.
Traditionnellement, l’utilisation de guêtres imperméables est désapprouvée par le monde de la course, car elle ajoute du poids et rigidifie la chaussure. Mais aujourd’hui, des technologies innovantes telles que l’Invisible Fit de Gore-Tex peuvent résoudre ces problèmes en proposant des guêtres exceptionnellement fines et légères, et qui garantissent toujours l’imperméabilité.
Enfin, une chaussure imperméable est plus chaude qu’une chaussure traditionnelle, un avantage non négligeable dans les climats froids ou humides. Par contre, elle est moins adaptée aux climats chauds et ensoleillés.

 

Comment choisir la bonne chaussure de course en fonction des distances ?

Chaussures pour les courtes distances

Le trail running est praticable sur toutes les distances et à tous les niveaux techniques. Dans cette catégorie, nous pouvons inclure les entraînements, les courses de compétition courtes et, bien sûr, les vertical (courses de montée). Dans ce cas, la légèreté passe avant tout. Nous n’avons pas besoin d’une chaussure hautement protectrice, mais d’une chaussure confortable et réactive pour minimiser les dépenses énergétiques. Découvrez toute la gamme de chaussures LaSportiva adaptées aux courtes distances

Amorti

ce facteur est moins important, parce que la priorité est donnée à la légèreté, pour une course plus rapide et plus courte.

Drop

la course rapide est souvent caractérisée par un appui sur l’avant-pied, donc un drop bas est souvent préféré. Surtout lorsqu’il s’agit de courir uniquement en verticale, où l’appui sur le talon est quasi inexistant. Mais tout dépend de votre style de course et de vos préférences personnelles.

Construction de la semelle

à choisir en fonction du terrain et des conditions. C’est rare de rencontrer dans une compétition de course de courte distance différents types de terrain. Ainsi, si le parcours est sur terrain boueux, il est préférable d’opter pour une semelle plus large avec des crampons hauts et espacés. À l’inverse, si le parcours est sur terrain rocheux et sec, il vaut mieux choisir une semelle avec des crampons plus petits et rapprochés. La course étant rapide, il est conseillé d’opter pour un composé adhérent afin de garantir une bonne traction sur les roches lisses.

Protection

dans ce cas, la recherche de légèreté peut se faire au détriment de la protection, car on a tendance à privilégier une chaussure légère, réactive et souple. Cependant, comme il s’agit d’un produit axé sur le trail running, les orteils doivent toujours être protégés, quelle que soit la distance.

Stabilité et ajustement

cela dépend du terrain sur lequel vous courez. Dans le cas d’une courte distance technique, il sera nécessaire d’avoir un bon maintien du pied et de vérifier qu’il ne bouge pas à l’intérieur de la chaussure. De plus, vous pouvez choisir une inter-semelle de hauteur moyenne-basse, plus stable et sensible, bien que moins rembourrée.

Free Image Hosting at FunkyIMG.com
Helios III
, chaussure de course « door to trail » conçue
pour l’entraînement et la course sur des terrains off-road difficiles..
 

Chaussures pour les distances moyennes

Lorsque nous parlons de distances moyennes, nous nous référons aux parcours qui sont généralement compris entre 20 km et la distance du marathon. Dans ce cas, le choix de la bonne chaussure doit être orienté vers un style assez léger et réactif, avec de bonnes protections sur la pointe et les côtés de l’empeigne. La chaussure doit aussi offrir de la précision et une excellente adhérence. En effet, dans une course classique de moyenne distance, vous courez à toute vitesse en descente, vous devez maintenir un bon rythme dans les rares situations où le terrain est plat et vous devez affronter des montées sur des terrains techniques. Découvrez les modèles La Sportiva pour les moyennes distances.

Amorti

il faut trouver le bon compromis pour garder la chaussure légère et souple tout en maintenant suffisamment d’amorti pour résister aux courses de plus d’une heure.

Drop

avec quelques sections plus rapides et la nécessité de courir pendant une durée d’une à trois heures, le drop moyen de 6 mm est le plus courant et le plus recommandé.

Construction de la semelle

comme mentionné ci-dessus, dans ce cas également, le choix dépend beaucoup du type de parcours et des conditions météorologiques. Il est évident qu’un bon composé polyvalent en termes d’adhérence et de durabilité aidera dans toutes les conditions.

Protection

même si ce facteur dépend beaucoup de la surface du sol, il est toujours utile de choisir un produit suffisamment protecteur. Cela ne sera peut-être pas une caractéristique essentielle sur des chemins faciles, mais deviendra indispensable pendant la phase de descente ou sur les sections les plus techniques.

Stabilité et ajustement

vous devez vous assurer que la chaussure est confortable et pas trop serrée, mais qu’est suffisamment enveloppante et sûre pour courir sur une multitude de terrains. La surface peut être irrégulière, la chaussure doit donc tenir votre pied tout en lui permettant de s’élargir lorsqu’il se réchauffe.


Free Image Hosting at FunkyIMG.comKaptiva W, la structure très nette et les volumes réduits rendent
cette chaussure idéale pour les performances des coureurs.

Chaussures pour les longues distances

Enfin, pour les athlètes qui visent des distances dépassant les traditionnels 42 km du marathon, le plus important est d’avoir une chaussure confortable (en laissant de côté d’autres aspects qui peuvent être importants sur de courtes distances). Imaginons-nous porter une chaussure pendant 10 à 15 heures ou plus. Si elle est trop serrée et enveloppante, vous pourriez ressentir de la douleur après quelques heures seulement. Si la semelle est trop dure, vous pourriez avoir des problèmes et des crampes dans la voûte plantaire. Par conséquent, il est important de porter une chaussure souple et confortable avec un bon amorti. Retrouvez ici toutes les chaussures de course La Sportiva développées à cet effet.

Amorti

plus la distance est grande, plus il est important d’avoir une chaussure confortable à porter pendant plusieurs heures. Cela signifie que les coureurs chercheront une chaussure avec un meilleur amorti si la distance à parcourir est grande à chaque sortie.

Drop

dans ce cas, le drop est une question de préférence personnelle. Certaines personnes courent des ultra-marathons avec un drop à zéro, en particulier les coureurs expérimentés. Si, par contre, vous débutez sur ces distances, il est beaucoup plus sûr d’avoir un drop minimum de 6 mm. Même les meilleurs coureurs et les plus rapides qui ne courent généralement que sur l’avant-pied commencent à s’appuyer sur leur talon lorsqu’ils sont fatigués. Il vaut donc mieux ne pas risquer de se blesser avec une chaussure ayant un drop trop bas. Une chaussure développée pour de longues distances offre généralement un drop compris entre 6 et 10 mm.

Construction de la semelle

une chaussure légère permet d’économiser de l’énergie. S’orienter vers des produits avec moins de crampons pour des courses de longue distance est une solution assez courante. La chaussure idéale doit avoir une semelle extérieure pourvue de crampons suffisamment prononcés pour s’accrocher aux surfaces molles et glissantes, mais pas trop complexes pour contenir le poids. Les matériaux utilisés dans la semelle jouent eux aussi un rôle important. Choisir des semelles à injection ou des technologies développées pour une meilleure absorption des chocs sera une aide précieuse du premier au dernier kilomètre, tout comme trouver un composé capable d’équilibrer adhérence et durabilité pour assurer une bonne traction sur les différents types de terrains.

Protection et stabilité

dans ce cas, le confort et l’amorti sont primordiaux en matière de protection et de stabilité. La vitesse de course étant réduite, on peut donc choisir des caractéristiques moins protectrices et stables pour une chaussure de longue distance, mais qui restent suffisantes pour soutenir le pied et couvrir les différents terrains.

Ajustement

comme mentionné précédemment, le confort est la chose la plus importante. Il est donc nécessaire de s’assurer que la chaussure a suffisamment d’élasticité dans l’empeigne pour permettre l’expansion et la contraction naturelles que le pied subit lorsque les températures changent et lorsque le pied se réchauffe pendant la course. Lors d’un premier essai, le pied ne doit pas se sentir serré ou contraint en longueur et en largeur, mais enveloppé par les matériaux.

 

Découvrez nos sélections de chaussures de trail running pour hommes et pour femmes !

Highlight Products