Partagez-le: 

Michele Graglia à propos de courir "au-delà des Ultra"


Les conseils du gagnant des compétitions dans les endroits les plus hostiles de la planète, de la Badwater Ultramarathon dans la vallée de la Mort à la Yukon Artic 100, pour courir sur de longues distances

Par Michele Graglia

L’histoire de l’ultra running remonte à l’époque de la Grèce antique, mais ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que la course sur de longues distances est devenu un sujet de discussion répandu, permettant à quiconque, pourvu qu'il soit suffisamment courageux pour expérimenter le sentiment indescriptible de repousser ses propres limites, d'explorer son potentiel.

Dépasser les 42,195 km et devenir un ultrarunner n’est pas chose facile, cela demande évidemment beaucoup de volonté et d’engagement. Et peut-être même un peu de folie. On dit souvent que l’ultra est mental à 90% et l’autre 10%  est dans la tête. Ceci souligne l'importance de l'implication personnelle, de sa propre force motrice et de la motivation, pour surmonter les hauts et les bas  qui se rencontrent par milliers sur de si grandes distances.

Le corps peut vous emmener loin, mais le moment venu, lorsque chaque muscle de votre corps vous demande de vous arrêter, c'est simplement votre capacité à regagner des forces et votre motivation à continuer qui peut vous aider à atteindre cet objectif.

Développer une routine d'entraînement solide et suivre un mode de vie sain est évidemment fondamental, mais il peut y avoir différentes approches d'entraînement, surtout en termes de distance, d'altitude, de températures extrêmes.

Étant donné que le corps ne peut vous emmener que jusqu'à un certain point, à mon avis, s'il existe une recette du succès pour aller au fond des choses, on la trouve dans les qualités non physiques.

Il faut entraîner la patience, le respect et la gratitude: la course ultra exige du temps et de la persévérance. Il faut développer un sentiment de joie à l'idée de passer une matinée ou même une journée entière à courir dans la nature, souvent seuls avec ses pensées et, bien sûr, avec des chaussettes sales. Il ne faudrait jamais être pressés, mais simplement profiter du voyage. Le succès sur de longues distances découle également d'un sens de respect pour la nature, d'une sorte de conscience existentielle envers la Mère-Terre et d'un lien profond qu'on développe en entrant en contact avec sa pure simplicité. C'est une culture d'humilité associée au respect pour les grands espaces ouverts.

La capacité de tolérer des expériences désagréables et de souffrir pendant une course a beaucoup plus à voir avec la tête qu'avec le corps. C'est tout juste comme la méditation. Ce n’est qu’en explorant notre esprit que nous découvrons que nous sommes sans limites et que la perception de la douleur est tout à fait relative. Un dicton bouddhiste affirme: La douleur est inévitable, mais la souffrance est facultative. Nous nous rappelons pourquoi nous faisons cet effort et rien ne nous empêchera d’atteindre notre objectif.

Il est important de développer une planification stratégique. De nombreux essais et erreurs entrent en jeu à ce stade, mais avec le temps, vous comprendrez ce qui fonctionne pour vous et ce qui ne fonctionne pas. Une fois que vous aurez découvert

et ciblé vos besoins, tout ce dont vous aurez besoin est de planifier à l'avance, d’exercer. Comprendre les aspects logistiques de ce sport, notamment le ravitaillement, l’hydratation et les équipements.

Pour développer la capacité de planifier, il n’y a pas d’alternative à l’expérience. La pratique rend parfait, alors vous devez continuer à essayer.

Trouvez ensuite les meilleurs stimuli: nous avons tous des raisons différentes de participer à une course ultra, mais il existe un fil rouge, la motivation, peut-être l’aspect le plus important. Vous devez creuser votre propre moi à la recherche de cette seule raison pour laquelle vous êtes prêt à vous lever chaque jour avant l'aube pour repousser vos limites un peu plus loin. Comprendre ce qui fait que vous courez cent kilomètres, quand tout ce qui est en vous fait mal et qu’il ne semble plus y avoir de force pour continuer, ce qui vous fait mettre un pied devant l’autre jusqu’à l'atteinte de l'objectif.  Il vous faut trouver cette raison qui, quand les choses se compliquent, vous prend la main, ne serait-ce que pour un moment, et vous permet d’exploiter votre potentiel infini en vous connectant à la partie la plus profonde de vous-mêmes et de vivre le vrai bonheur.

À propos de l'auteur: Originaire d'Italie et résidant maintenant à Los Angeles, Michele Graglia était connu dans le monde entier comme l'un des modèles les plus populaires de l'industrie de la mode. Il a quitté les passerelles en 2011 et a consacré sa vie à l'ultra running, remportant le Yukon Arctic en 2016 et le Badwater 135 en 2018.

Highlight Products